Comment bien défiscaliser ?

Comment bien défiscaliser ?

Se lancer dans un projet de défiscalisation comporte de nombreux avantages, à commencer par une réduction d’impôt non négligeable. Cela dit, il existe quelques pièges et écueils à éviter dans le secteur de la défiscalisation. On vous explique comment bien défiscaliser et préparer votre projet immobilier en toute sécurité.

Un but unique : défiscaliser ?

En France, nombreux sont les contribuables à vouloir se lancer dans un projet de défiscalisation, alléchés par le gain d’argent et le réduction d’impôt à la clé. Mais est-il judicieux de préparer un tel projet avec un but unique, celui de défiscaliser ? La défiscalisation est aujourd’hui très courante dans le secteur de l’immobilier – mais pas que – et se décline en dispositifs incitatifs fortement attrayants pour toute personne imposée.

A voir aussi : Les avantages fiscaux de la loi Pinel plus : comment investir sereinement ?

Certes, la pression fiscale est un point de départ bel et bien réel. Cela dit, il n’est pas souhaitable de se lancer dans de la défiscalisation en oubliant totalement le versant « investissement immobilier » qui est en jeu. Avant tout, il s’agit de bien préparer votre projet d’investissement immobilier, afin que la réduction d’impôt proposée qui en découle soit efficace, pérenne et solide.

Dans le cas contraire, le contribuable s’expose à des manquements mais aussi à être redevable au Fisc. Un investisseur doit donc savoir pourquoi (pour quoi ?) il investit et dans quel contexte le placement se fait, que ce soit avec la loi Pinel ou avec d’autres dispositifs :

A lire en complément : Les dispositifs de défiscalisation immobilière en France

  • Préparer une retraite ;
  • Anticiper une transmission de patrimoine ;
  • S’assurer un complément de revenus ;
  • Sécuriser le foyer, etc.

Les raisons d’un investissement immobilier sont nombreuses. La défiscalisation et la réduction d’impôt, elles, ne devraient être qu’un « plus » dans ce tableau et dans votre projet immobilier.

Mesurer son effort financier avant de défiscaliser

Primordial avant un investissement : avant de penser « défiscalisation », « Pinel », « investissement locatif » et « réduction d’impôt », il faut connaître, mesurer, évaluer et apprécier son effort financier à sa juste valeur. Il faut que vos finances puissent supporter votre projet jusqu’à son terme. Cela se vérifie d’ailleurs si la défiscalisation en question est financée à crédit.

Certains dispositifs alléchants (Pinel, Girardin, Cosse, dispositif Denormandie, loi Malraux.. ) y encouragent le contribuable, parfois plus que de raison. Si les établissements bancaires restent vigilants, à vous avant tout de connaître votre fonctionnement, votre prévisionnel, etc.

Financer sa défiscalisation

Si votre défiscalisation est financée majoritairement voire entièrement par une épargne, cette sortie d’argent ne doit pas vous déséquilibrer. Cela peut avoir de lourdes conséquences sur le foyer familial et la vie quotidienne.

En somme, votre projet de défiscalisation ne doit pas engager des privations de quelque ordre que ce soit. Par ailleurs, depuis la mise en place du prélèvement à la source, le contribuable doit se rendre compte qu’un décalage de trésorerie va s’opérer par rapport à l’arrivée de la réduction d’impôt tant attendue.

À savoir : en loi Pinel, Malraux, Cosse, Denormandie, etc., vous vous engagez à respecter des contraintes et des modalités fiscales claires (blocage de fonds, impossibilité de désengagement, etc.).

Erreurs à ne pas commettre en matière de défiscalisation

Faire des erreurs est permis à tout le monde, mais quand cela touche à la question fiscale, sachez que la loi ne laissera pas passer ces erreurs classiques.

Négliger les niches fiscales

Des plafonds vous sont imposés, de l’ordre de 10 000 euros par an. Un surplus de réduction d’impôt ne se reporte pas sur l’année suivante. Il peut cela dit se réinvestir dans un FIP ou un FCPI de manière directe. Pour cette raison, il faut absolument bien comptabiliser tous les avantages fiscaux du foyer.

Défiscaliser au mauvais moment

Pour bien défiscaliser, les dates sont à respecter. Votre investissement immobilier doit généralement être conclu avant le 31 décembre de l’année qui précède la nouvelle année fiscale (et votre réduction d’impôt). Ne pas tenir compte du calendrier risque de vous faire faire votre opération immobilière ou de défiscalisation de manière hâtive, en omettant de vous pencher sur les questions essentielles de fiscalité immobilière. Un doute sur la défiscalisation ? Mieux vaut attendre l’année suivante.

En anticipant votre investissement immobilier et en prenant le temps de vous pencher sur les tenants et les aboutissants des diverses lois de défiscalisation (Pinel, Malraux, Cosse, etc.), vous vous assurez un projet immobilier serein et un défiscalisation plus stable.

Notre conseil : ne prenez pas le temps de Noël pour finaliser un dossier sous pression. faites-vous conseiller et prenez le temps d’investir sereinement, quitte à attendre.

Pour votre projet de défiscalisation et d’investissement immobilier locatif en Pinel, faites-vous accompagner par des professionnels de l’investissement immobilier. Ce dispositif incitatif à l’achat pour la location de logement neuf a fait ses preuves !

Défiscaliser grâce à la loi Pinel

Vous avez quelques économies de côté, et vous avez très envie d’investir dans de la pierre. En effet, hier comme aujourd’hui, ce placement reste un des placements les plus sûrs, tout en garantissant des rendements tout à fait correct. Savez-vous qu’il est possible de défiscaliser tout en investissement dans de la pierre ? Comment me direz-vous ? Tout simplement en achetant un bien éligible au dispositif Pinel. Nous allons vous expliquer en quoi cela consiste dans les grandes lignes. Si vous voulez plus de détails, nous vous invitons à cliquer sur ce lien : https://www.immobilier-danger.com/Comment-defiscaliser-grace-a-l-288.html.

La loi Pinel est relativement simple.

  • Vous pouvez acheter un appartement neuf dans un programme éligible. Vous devrez le louer pendant une période de 6, 9 ou 12 ans. En échange de quoi, vous obtiendrez une réduction d’impôt de 12, 18 ou 21 % pendant toute la durée de la location, et pas seulement la première année.
  • Vous trouverez des programmes immobiliers éligibles dans toutes les grandes villes françaises.
  • En fonction de la ville où vous allez investir, votre loyer sera plafonné selon un barème fixé par l’État. Mais pas d’inquiétude, le barème est suffisamment haut pour vous permettre d’obtenir une rentabilité intéressante, tout en défiscalisant. Alors pourquoi s’en priver ?

Les différents dispositifs de défiscalisation immobilière

Maintenant que nous avons vu en détail comment fonctionnait la loi Pinel, il est temps de s’intéresser aux autres dispositifs de défiscalisation immobilière.

Ce dispositif permet de réduire son impôt sur le revenu en investissant dans des biens à restaurer situés dans des zones protégées du patrimoine architectural. La réduction d’impôt peut aller jusqu’à 30 % du montant total de l’investissement pour une durée minimale de location obligatoire fixée à neuf ans.

Il concerne les logements meublés achetés neufs ou en état futur d’achèvement (VEFA) et destinés à la location. Il permet une réduction d’impôts allant jusqu’à 11% du prix HT d’achat, étalée sur neuf ans. Le bien doit être loué pendant au moins neuf ans avec un plafond annuel de loyer fixé par arrêté préfectoral.

Cela signifie Loueur Meublé Non Professionnel. Ce statut permet aux investisseurs qui achètent un bien immobilier meublé destiné à la location, réalisant ainsi des bénéfices locatifs non professionnels (BIC), de se constituer un patrimoine tout en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse grâce notamment au régime réel simplifié qui leur donne droit à quelques déductions fiscales intéressantes.

Il existe différents dispositifs de défiscalisation immobilière, chacun étant adapté à un profil d’investisseur et à une situation fiscale spécifique. Il faut se faire accompagner par un expert afin de choisir le meilleur dispositif pour son projet immobilier. Les avantages fiscaux sont certains mais il ne faut pas oublier que l’immobilier reste un investissement sur le long terme, qui nécessite une certaine implication dans la gestion locative du bien (rédaction des baux, suivi des loyers impayés…).

Les avantages et les limites de la défiscalisation en entreprise

La défiscalisation est un moyen efficace pour les entreprises de réduire leurs impôts. Cette pratique n’est pas sans limitations et présente des risques que vous devez prendre en compte avant d’y recourir.

Parmi les avantages de la défiscalisation, il y a tout d’abord la possibilité pour l’entreprise de disposer de plus de liquidités. Effectivement, en payant moins d’impôts grâce à ce dispositif, elle peut investir davantage dans son développement ou dans l’amélioration de ses résultats financiers. La défiscalisation permet aussi aux entreprises qui ont peu ou pas encore réalisé des bénéfices sur le long terme de profiter du crédit d’impôt recherche (CIR) afin d’avoir accès à des financements supplémentaires pour leur projet.

Toutefois, la défiscalisation présente aussi quelques inconvénients parmi lesquels la complexité administrative liée à sa mise en place et ses règles strictes qui peuvent être difficiles à comprendre pour une entreprise novice dans ce domaine. Vous devez noter que la défiscalisation n’est pas illégale en soi et qu’elle peut être un véritable levier pour le développement des entreprises.