3 pièges à éviter pour l’achat d’une maison ancienne

3 pièges à éviter pour l’achat d’une maison ancienne

Pour acquérir votre logement, vous avez le choix entre divers types d’habitations, dont les maisons anciennes. Toutefois, en dépit de leur beauté, l’achat de ces maisons peut être une mauvaise affaire si vous ne prenez pas des précautions. Le présent article vous présente 3 pièges à éviter au moment de l’achat de votre maison ancienne.

En effet, vous devez vérifier l’aspect extérieur de la maison, son environnement et les zones à risques.

Lire également : 3 conseils pour acheter moins cher dans l’immobilier neuf

Toujours vérifier l’aspect complet du bâtiment

Pour vous assurer du bon état de la construction, vous devez faire le tour du bâtiment pour identifier d’éventuelles fissures. Est-ce que la toiture est visible depuis les combles ? En cas de doutes, faites appel à un professionnel qui examinera avec attention la structure de l’ancienne bâtisse : charpente, planchers, sols, poutres, etc. En dehors de l’aspect technique, la visite d’un bâtiment est l’occasion pour vous de vous imaginer entre ces 4 murs et de savoir s’il vous conviendrait vraiment.

Lire également : Italie : baisse historique du prix de l’immobilier

Examiner attentivement l’environnement

L’environnement est un élément à prendre en compte dans le choix d’une maison. En fonction de l’orientation, vous pourrez déterminer l’exposition au soleil. La présence d’un aéroport dans les alentours ne contribue en rien à la tranquillité. Pour une maison ancienne, l’idéal est d’avoir un jardin personnel. Vous devez donc prendre en considération la qualité du sol et des plantes. Faites également le tour du voisinage pour être au parfum de l’ambiance qui règne dans les environs et d’éventuels projets de construction.

Les zones à risques

Avant de procéder à l’achat de votre maison ancienne, assurez-vous qu’elle ne se trouve pas dans une zone à risques. Dans de telles zones des catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre et les inondations peuvent survenir. Aussi, le risque auquel la maison est exposée peut être d’ordre technologique. Le vendeur a l’obligation de vous informer de ces risques avant la vente de la maison. Ainsi, tout vendeur doit fournir à l’acheteur un état des risques datant de moins de 6 mois. Exigez ce document dès la première visite de la maison.

Ne négligez pas les frais de notaire, c’est une erreur !

Vous avez l’intention d’acheter ce bien immobilier à 100 000 euros, il est sur le marché de l’ancien et il correspond parfaitement à votre projet. Vous demandez un prêt et vous n’avez pas forcément des économies pour la gestion des extras. Lorsque vous passerez chez le notaire, vous aurez clairement une mauvaise surprise, d’où l’intérêt de faire votre estimation des frais d’acquisition grâce à un site spécialisé.

  • Vous renseignez le type de bien ainsi que le montant en euros à savoir 100 000 euros pour cet investissement.
  • Inutile de vous lancer dans d’autres recherches, ces critères sont suffisants pour calculer les frais de notaire.
  • C’est une estimation qui vous aidera à concrétiser un peu plus votre projet immobilier.
  • Il faut prévoir aux alentours de 3000 euros pour les frais de notaire si vous achetez un bien neuf.

A contrario, les frais passent à près de 7000 euros pour l’ancien et si vous souhaitez acheter un terrain à bâtir, le coût sera de 3000 euros toujours pour un investissement de 100 000 euros. Si vous possédez un budget assez serré, vous comprenez rapidement qu’il faut calculer en amont cette dépense pour ne pas être pris au piège, cela vous évite de revoir votre projet et de changer même de bien.