Quels sont les pièges de la loi Pinel ?

Quels sont les pièges de la loi Pinel ?

Investir dans le droit Pinel nécessite une certaine connaissance du marché immobilier et de l’appareil. Pour réussir votre projet, il est important de maîtriser tous les aspects de celui-ci. Découvrez 6 pièges à éviter d’investir bien dans le droit Pinel .

1. Ne pas appeler un professionnel de l’immobilier

Un piège classique pour tout investissement immobilier est de penser que vous pouvez tout faire vous-même et réussir parfaitement votre projet. C’est loin d’être le cas, surtout lorsqu’il s’agit d’optimiser son investissement grâce à un régime fiscal tel que celui de la loi Pinel. De nombreux paramètres sont pris en compte et l’assistance d’un professionnel de l’immobilier est souvent indispensable : la recherche de la propriété puis le financement, la gestion de votre patrimoine ou l’optimisation fiscale sont autant de questions qu’un spécialiste de l’immobilier peut vous aider à répondre. Agent immobilier, courtier ou gestionnaire de patrimoine sont des experts dans leurs domaines respectifs qui vous accompagnent à chaque étape de votre projet.

A voir aussi : Comment défiscaliser en 2021 ?

2. N’étudiez pas le marché et le différents domaines

Le succès d’un investissement dans Pinel dépend grandement de la propriété choisie et de la zone dans laquelle il est situé. Une erreur serait d’acheter un logement en un cœur plutôt que de suivre une étude minutieuse du logement, du secteur et de son état général.

3. Ne calculez pas la rentabilité de la propriété : un piège à éviter absolument d’investir bien dans la loi Pinel

Pour obtenir une rentabilité intéressante, vous devez investir dans des logements qui seront loués facilement. Souvent, ce sont les studios et le T2 qui trouvent les plus facilement preneurs. Calculez correctement votre rentabilité : cela dépend des loyers que vous percevrez et de la réduction d’impôt que vous pouvez réclamer. Pensez à se référer aux zones et aux plafonds déterminés dans le cadre de l’appareil Pinel.

A découvrir également : Où déclarer location meublée non professionnelle ?

4. Ne prenez pas en compte le plafond global des différentes niches fiscales : un piège classique pour éviter d’investir bien dans le droit Pinel

Le plafond global des créneaux fiscaux est fixé à 10 000 euros par an. Le Pinel entre cette limite annuelle. Ce serait donc une erreur de l’ignorer. Avant d’investir dans le droit Pinel, étudiez attentivement votre situation pour connaître précisément le montant de votre impôt. Un professionnel de l’immobilier peut vous aider à y parvenir.

5. Ne négociez pas de crédit immobilier

Prenez le temps de trouver le meilleur crédit immobilier possible. Vous vous engagerez pendant de nombreuses années et une petite différence d’une proposition à l’autre peut avoir un impact significatif sur l’ensemble de la transaction. Comme nous l’avons précisé dans le premier point, n’hésitez pas à faire appel aux services d’un courtier immobilier. Il profitera de son expertise et négociera pour vous un excellent taux d’intérêt.

6. Ne pas être au courant de la durée de l’engagement lié à la loi Pinel

L’ acquisition de biens immobiliers nécessite généralement un investissement à long terme. Dans le cas de la loi Pinel, en plus de la durée du crédit contracté, vous devrez également louer votre maison pour 6, 9 ou 12 ans pour pour bénéficier de l’avantage fiscal. Soyez conscient de cet engagement et gardez à l’esprit que vous ne pourrez pas profiter du bien comme bon vous semble dans un avenir immédiat.