Comment se passe la vente d’un terrain ?

Comment se passe la vente d’un terrain ?

L’ achat ou la vente de terrains passe généralement par différentes étapes. Celui qui sert de condition préalable à l’accord final entre les parties est symbolisé par un contrat de vente. Il fixe les conditions de vente et les formalités nécessaires à l’exécution de l’acte authentique quelques semaines plus tard devant le notaire.

Qu’ est-ce qu’un contrat de vente ?

Un contrat de vente est un nom commun pour une promesse synallagmatique de vente. Il s’agit d’un contrat préliminaire de vente de terrains. Il est effectué avant l’étape officielle de signature de l’acte de vente. Il s’agit d’un document indispensable mais non obligatoire qui engage les deux parties : le vendeur qui fait la promesse de vendre, et l’acheteur bénéficiant de la propriété.

Lire également : Artisan peintre : comment bien choisir votre professionnel ?

L’ accord sur la vente de terrains permet, entre autres, de fixer les conditions dans lesquelles la vente du terrain aura lieu. Elle marque également l’engagement des parties à respecter les conditions de vente. La rédaction d’un tel document par un professionnel assermenté (notaire) est fortement conseillé, car il agit comme principe d’accord avec de graves conséquences pour les parties.

Les différents types de compromis de vente de terrains

Différents modèles de contrat de vente de terrains peuvent être distingués, en fonction de l’emplacement ou de l’emplacement du terrain :

Lire également : Bourse : quels sont les avantages d’y investir ?

1. Vente compromis d’un terrain isolé

Un compromis pour la vente de terrains hors lotissement (isolé) peut prendre la forme d’une promesse unilatérale de vente. Lorsque l’acheteur est intéressé par les marchandises indiquées mais n’est pas encore certain de pouvoir conclure, il peut demander que le terrain lui soit réservé pendant une période définie par le vendeur. Cette action n’engage que le vendeur, l’acheteur est libre d’acheter ou non le terrain.

2. Contrat de vente d’un terrain situé à l’intérieur d’un lotissement

Pour les terrains situés dans un lotissement, donc réputés constructibles, il n’est pas possible de signer une promesse de vente unilatérale. En effet, le contrat préliminaire ne peut être réalisé qu’après avoir obtenu le permettre de se développer. Il est clairement indiqué que la promesse de vente est signée sous une condition suspensive d’obtention d’un permis de mise en valeur. En outre, le contrat préliminaire doit contenir tous les avis obligatoires qui sont censés apporter le maximum d’informations au futur acheteur.

3. Compromis pour la vente de terres agricoles

Les terres agricoles sont considérées comme des terres isolées qui ne sont pas constructibles. Son affectation suit donc un processus spécifique. Le contrat de vente devra tenir compte de l’intervention probable de la Société d’Aménagement Foncier et d’Institution Rurale (SAFER), c’est-à-dire respecter le droit de préemption de cette structure qui est un véritable passage obligatoire des opérations d’achat et de vente de terres agricoles. Le document mentionnera la description précise des terres agricoles mises en vente, qu’il y ait ou non une limite, des hypothèques ou des servitudes possibles.

La rédaction d’une vente de terrain

accord La forme éditoriale du contrat de vente est le choix des parties : il s’agit soit d’un acte authentique, soit d’un acte sous seing privé. Sa période de validité est de 18 mois. Le document doit être rédigé en 2 exemplaires et porter les indications suivantes :

• le prix de vente fixe

• la manifestation de l’accord des deux parties ;

• les dispositions générales et spéciales de vente ;

• Conditions suspensives

• la date de conclusion de la vente finale

Lors de la signature du contrat de vente foncière, l’acheteur verse habituellement une indemnité de capital qui a la valeur d’une réserve officielle. Celui-ci ne peut dépasser 5 % du prix de vente et sera facturé au montant payé lors de la vente finale.

Signature de l’acte final de vente

La vente est définitive une fois l’acte authentique signé. Entre la signature du contrat de vente et l’acte final de vente devant le notaire, généralement trois mois s’écoulent. Il s’agit du temps moyen pour l’achat d’un terrain ou d’un bien bâti. Cette période représente le temps nécessaire à la collecte de tous les documents justificatifs utiles à la validation de l’achat : contrôles d’identité, certificat de non-hypothèque, demandes auprès du cadastre, obtention d’un prêt…

Depuis août 2015, la loi accorde à l’acheteur non professionnel un délai de 10 jours pour se retirer et annuler son engagement d’achat sans justification. Toutefois, il doit se retirer à temps, par lettre recommandée avec accusé de réception.

Il convient de préciser que le délai de retrait n’est valide que pour un contrat de vente d’un terrain situé dans un lotissement. Pas de délai légal de rétractation en cas de contrat de vente de terrains isolés. Toutefois, les parties peuvent le prévoir dans une clause contractuelle.