PLUI vs PLU : comprendre les différences essentielles en urbanisme

PLUI vs PLU : comprendre les différences essentielles en urbanisme

Dans le domaine de l’urbanisme, la planification des espaces urbains et ruraux se fait à travers divers outils réglementaires. Deux instruments majeurs, souvent confondus, orientent l’aménagement territorial : le Plan Local d’Urbanisme (PLU) et le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI). Ces dispositifs structurent le développement des communes et des intercommunalités en encadrant l’utilisation du sol, la préservation des espaces naturels et la construction de nouveaux équipements. Ils sont des références pour les projets d’aménagement, mais leurs portées, leurs contenus et leurs impacts varient considérablement, reflétant les nuances entre la gestion à l’échelle communale et intercommunale.

PLU et PLUI : définitions et portées en urbanisme

Décortiquons d’abord la nature du Plan Local d’Urbanisme (PLU), document de planification et d’urbanisme réglementaire qui façonne la physionomie d’une commune. Le PLU détermine les règles d’urbanisme, telles que les types de constructions autorisées, les zones constructibles ou encore les conditions d’utilisation des sols. Il reflète les besoins spécifiques de la commune et s’appuie sur des documents tels que le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) et les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP).

A lire aussi : Comment choisir sa porte de garage ?

Dans un esprit de coopération renforcée, le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) prend le relais à une échelle plus large. Ce document d’urbanisme intercommunal, véritable extension du PLU, coordonne le développement et l’aménagement de plusieurs communes au sein d’une même intercommunalité. Il vise une cohérence territoriale, en prenant en compte les enjeux transversaux qui dépassent les limites communales. Le PLUI doit être conforme au Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT), pièce maîtresse qui oriente l’aménagement à l’échelle d’une aire urbaine ou d’un grand bassin de vie.

Le processus d’élaboration du PLUI, souvent plus complexe et plus long que celui du PLU, implique une concertation étendue. Les intercommunalités, à travers leurs Établissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI), orchestrent ce travail collaboratif qui culmine avec une enquête publique menée par un commissaire enquêteur. Après l’approbation, le PLUI devient opposable et s’impose aux documents d’urbanisme des communes membres ainsi qu’aux tiers. Il peut être modifié ou révisé pour s’adapter aux évolutions des territoires concernés.

Lire également : Les astuces pour réduire les frais de notaire en 2022

Les spécificités du PLU : échelle, contenu et élaboration

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) s’élabore dans le cadre restreint de la commune, entité administrative fondamentale en France. Il s’agit d’un document stratégique qui régit l’utilisation des sols sur l’ensemble du territoire communal. Le PLU s’articule autour du Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD), qui définit les grandes orientations de la politique d’aménagement et de développement durable du territoire.

Pour une application concrète, le PLU intègre les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP), des outils qui traduisent les objectifs du PADD en directives précises pour certaines zones à enjeux. Ces orientations encadrent les projets d’aménagement comme les éco-quartiers ou les zones d’activité économique, tout en respectant les prescriptions du code de l’urbanisme.

La procédure d’élaboration du PLU est pilotée par le maire et le conseil municipal. Elle inclut des phases de diagnostic, de concertation avec les habitants et d’arrêté municipal. Une enquête publique est aussi menée, permettant aux citoyens de formuler des observations. Suite à cette phase, le conseil municipal délibère et approuve le PLU, qui devient dès lors exécutoire et peut être invoqué pour le contrôle des demandes de permis de construire.

La mise en œuvre du PLU nécessite une mise à jour régulière pour s’adapter aux mutations urbaines et aux besoins des habitants. Les révisions, modifications ou mises en compatibilité peuvent être engagées à l’initiative de la commune, en prenant soin de suivre le cadre légal et réglementaire établi pour garantir la légitimité et l’efficacité des dispositions prises.

Le PLUI : une vision intercommunale de l’aménagement du territoire

Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) incarne la coopération entre les communes au sein d’une même intercommunalité, qu’il s’agisse d’une communauté de communes, d’une communauté d’agglomération ou d’une métropole. Ce document de planification urbaine transcende les limites communales et harmonise les politiques d’aménagement à une échelle plus large, favorisant ainsi une vision cohérente du développement territorial. Le PLUI prend en compte les spécificités de chaque commune tout en répondant à des enjeux communs, tels que l’habitat, les transports ou l’économie.

La responsabilité de l’élaboration du PLUI incombe à l’Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI), avec le président de l’intercommunalité à la manœuvre. Le processus de création du PLUI est généralement plus long que celui du PLU, s’étendant sur une période de trois à cinq ans, et inclut une enquête publique essentielle. Durant cette phase, chaque habitant peut contribuer en exprimant ses observations, souvent recueillies par un commissaire enquêteur. La démarche participative est centrale, garantissant que le PLUI reflète les aspirations des populations concernées.

Une fois approuvé, le PLUI devient opposable aux tiers et constitue le cadre de référence pour l’instruction des demandes de permis de construire sur le territoire de l’intercommunalité. Il peut être modifié à l’initiative de l’EPCI ou d’une commune membre, pour s’adapter aux évolutions des besoins locaux. Cette flexibilité assure la pertinence et la durabilité des dispositions du PLUI, tout en préservant le dynamisme et l’attractivité de l’ensemble de l’espace intercommunal.

plan local d urbanisme (plu)

Comparaison et implications pratiques : choisir entre PLU et PLUI

Lors de l’élaboration de la stratégie d’aménagement d’un territoire, les collectivités se trouvent souvent à la croisée des chemins : opter pour un Plan Local d’Urbanisme (PLU) ou se tourner vers un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI). Le PLU se concentre sur l’échelle communale et reste sous la responsabilité du maire. Il s’articule autour de documents tels que le Projet d’Aménagement et de Développement Durables (PADD) et les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP), définissant les grandes orientations et les règles d’aménagement spécifiques.

Le PLUI, en revanche, est l’extension du PLU à l’échelle de l’intercommunalité. Il est élaboré sous l’égide de l’Établissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI), avec à sa tête le président de l’intercommunalité. Ce document stratégique doit être conforme au Schema de Cohérence Territoriale (SCoT), qui est un document d’urbanisme encore plus global, couvrant une aire urbaine ou un bassin de vie significatif. Le PLUI vise à harmoniser et coordonner les politiques d’urbanisme entre les communes membres, prenant en considération les projets d’aménagement et de développement durable de façon holistique.

La procédure d’adoption d’un PLUI est souvent plus complexe que celle d’un PLU. Elle inclut une enquête publique où chaque habitant peut déposer des observations, qui sont ensuite recueillies par le commissaire enquêteur. Cette démarche participative est fondamentale pour l’acceptation et l’efficacité du plan. Une fois adopté, le PLUI devient opposable à tous, ce qui signifie qu’il s’applique de manière générale et obligatoire sur le territoire des communes concernées.

En cas de litige, le tribunal administratif peut être saisi pour contester un PLUI, avec un délai de deux mois à respecter. La délibération du conseil municipal est nécessaire pour l’adoption d’un PLU, tandis que l’adoption d’un PLUI requiert une délibération de l’organe délibérant de l’EPCI. Cette distinction souligne la différence de gouvernance entre les deux dispositifs et la nécessité d’une coordination intercommunale pour le PLUI, permettant ainsi une approche plus intégrée du développement urbain.